Réalisations

Réseau des Femmes oeuvrant pour le développement rural a réalisé des études sur les principaux facteurs qui empêchent les femmes de participer pleinement aux programmes de développement.

Les principaux problèmes identifiés sont la pauvreté, l’inégalité entre les sexes, le manque de connaissance des droits de l’homme et notamment les droits des femmes, le faible niveau d’éducation, les impacts du VIH/SIDA (selon une étude de 1991), la faible participation à la prise de décision (1999).

Les idées de membres et les résultats de recherche inspirent grandement la création de nouvelles associations et structures pour résoudre les problèmes des femmes spécifiques, tels que DUTERIMBERE (pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin) HAGURUKA (pour la promotion des droits des femmes et des enfants), la SWAA Rwanda/IHUMURE (dans le domaine du VIH/SIDA).

Réseau des Femmes est l’un des 13 organisations fondatrices du Collectif Pro-Femmes/Twese Hamwe créé en 1992 pour promouvoir la culture de la paix et le développement des femmes. Grâce à ce collectif, des campagnes de lobbying et de plaidoyer des femmes sont renforcés.

Réseau des Femmes a lancé diverses associations et mécanismes de promotion des femmes dans leurs régions, comme SEVOTA, Duhozanye Humura, CYESHURUGO, SANGWA, AMALIZA Y’UBULIZA, Izere UKORE, MUTIMAWURUGO… et beaucoup plus coopératives pour la promotion d’une image positive des femmes.

Réseau des Femmes a joué un rôle clé pour la mise en place d’un cadre pour les échanges entre les femmes rwandaises et d’autres parties prenantes dans les questions de genre et les stratégies de mise en œuvre pour l’amélioration de la position et le statut des femmes. On peut citer ici l’influence de l’organisation dans la préparation et la tenue de plusieurs conférences internationales sur la femme telles que Nairobi, Dakar et Beijing.

Réseau des Femmes a participé, en partenariat avec d’autres parties prenantes, dans le plaidoyer en faveur de la mise en œuvre de mécanismes internationaux et nationaux pour la promotion de la femme et de l’égalité.

L’organisation a également contribué à l’inclusion des questions de genre dans la constitution nationale.

Journée Internationale de la Femme Rurale célébrée le 15 Octobre de chaque année, a été célébrée pour la première fois en 1997 au Rwanda, à l’initiative de Réseau des Femmes.

Graduellement, Réseau des Femmes a gagné beaucoup de partenaires dans la préparation et la célébration de cette journée. Il a fallu attendre l’année 2009, jour commençait à être célébrée à l’initiative du gouvernement. Les femmes, les hommes, les enfants rejoignent les différentes institutions qui sont mobilisés pour l’occasion dans le but de plaidoyer des femmes. C’est aussi l’occasion de réfléchir sur l’image positive de la femme. Réseau des Femmes enregistre partenaires sur l’intégration du genre et produit des outils qui facilitent l’intégration du genre dans les plans de développement à tous les niveaux.

Réseau des Femmes a élaboré et mis en œuvre divers programmes visant à renforcer les capacités des femmes.

Plaidoyer en faveur des femmes a été réalisée dans le domaine socio-économique, l’éducation, dans la lutte contre la violence, la prévention du VIH/SIDA, les composants de la santé reproductive, dans la construction de la paix, et de prévention et résolution des conflits.

Depuis plus de 5 ans (1997-2002), le Programme de formation de Réseau des Femmes (PROFORGI) a fourni de nombreuses formations sur les questions de genre dans Ruhango, Muhanga et de Nyanza, grâce à l’appui financier et technique de la SNV (Netherlands Development Organization).

De 2003 – 2005, la mise en œuvre d’un programme intégration du genre dans les plans de développement des districts et les organisations d’agriculteurs (PIG) avec le soutien de l’Ambassade des Pays-Bas au Rwanda.

 

Résultats

  1. Les responsables de district en charge de la planification amélioré leurs connaissances sur les questions de genre ce qui s’est passé où ce programme a été mis en œuvre (provinces du Sud et du Nord);
  2. Outils sur les questions de l’intégration du genre dans les plans de développement ont été prévalu pour les districts;
  3. Plans de développement des quartiers sensibles au genre sont produites et mises en œuvre;
  4. Le développement des capacités pour les membres, le personnel et les partenaires de Réseau des Femmes dans la planification de la matière qui prend en compte les inégalités entre les sexes a eu lieu;
  5. Réseau des Femmes a contribué au développement de le module de formation du MIGEPROF Sexe (2005). Réseau des femmes pour le développement rural est régulièrement consulté pour des services sur les questions de genre;
  6. Création et soutien de groupes de travail sur le genre dans divers domaines (ONG et institutions publiques).

De 2003-2006, le programme « Women Can Do It » a été mis en œuvre avec le soutien financier de Norwegian People Aid (NPA). Les femmes élues au niveau des racines de graminées ont été formés en leadership et la bonne gouvernance.

De 2003-2005, la recherche sur les questions de genre et de l’eau dans la région de lave de la province du Nord a été réalisée. Elle a été réalisée avec l’appui technique et financier de TROCAIRE et a été suivie par un projet de plaidoyer pour l’accès des femmes à l’eau potable.

En 2004, une « Guide pour l’intégration du genre pour les planificateurs » des outils d’analyse de genre a été développé (version en kinyarwanda et en française).

En 2006, un projet de lutte contre la violence domestique dans les districts de Nyamyumba et Rutsiro en partenariat avec Norwegian People Aid (NPA) a été mis en œuvre. Le projet portait sur 400 ménages, dont 84 ont été fortement marqués par la violence.

Formation et le dialogue ont conduit à un changement de comportement des bénéficiaires du projet, selon les témoignages recueillis (diminution de l’ignorance à propos de la violence, moins de cas de polygamie parmi les bénéficiaires du projet. Nous avons également enregistré des cas d’hommes qui témoignent qu’ils battent plus leurs femmes et de les aider dans divers tâches domestiques).

En 2006, une étude sur l’accès à l’éducation primaire universelle et l’éducation pour tous a été fait au Rwanda. Les résultats ont été utilisés pour accroître la participation de la société civile locale dans le plaidoyer. Ces actions ont ensuite été menées dans le domaine de l’éducation des enfants d’âge scolaire, et les filles en particulier.

Actuellement, la situation dans le pays est louable.

De l’an 2001, l’intervention de l’organisation dans la lutte contre la violence basée sur le genre a été renforcée.

De 2007-2009, avec le soutien financier de ActionAid International Réseau des Femmes a mis en œuvre un programme de lutte contre la violence fondée sur le genre dans les écoles primaires et secondaires, ainsi que dans la communauté. Ce programme couvre 10 des 30 districts du pays. Aujourd’hui, 349 clubs sont maintenant en opération contre la violence dans les écoles, tandis que 133 clubs pour les hommes et les femmes adultes existent dans la communauté.

De 2010 à 2011, les femmes rurales coopératives supervisés par Réseau des Femmes dans les districts des GATSIBO, Rulindo et NYANZA ont reçu un fonds de roulement dans le but d’autonomisation économique. Ces initiatives ont été financées par le collectif Pro-Femmes/Twese Hamwe et ActionAid International.

De 2011 à ce jour, Réseau des femmes met en œuvre deux projets liés au VIH/SIDA à savoir le projet « Women’s Property and Inheritance Rights in the Context of HIV/AIDS » (WPIR) dans les districts de NYANZA et GASABO et « Single Stream of Funding for HIV/AIDS » (SSF/HIV) dans quatre secteurs de Nyamagabe, dans la province du Sud.
Ces projets sont financés respectivement par UNWOMEN et Global Fund.

Dans le projet SSF/HIV, 12 coopératives de bénéficiaires ont reçu une formation dans les domaines liés à la gestion des coopératives, des projets générateurs de revenus et ils ont déjà reçu 36 vaches. cette année, 36 vaches, ils seront remis à eux.

Grâce au projet « Women’s Property and Inheritance Rights in the Context of HIV/AIDS », les bénéficiaires reçoivent une formation et partagent des vues sur la prévention du VIH/SIDA et le droit à la propriété.

En 2011, un nouveau partenariat avec le District de Nyamagabe a été lancé pour un projet d’autonomisation économique des coopératives rurales par le biais du petit bétail.

En 2012, les résultats de la recherche sur les problèmes liés aux droits de propriété des femmes dans le contexte du VIH/SIDA a été publié.

En 2012, en collaboration avec Global Fund for Women (GFW), Réseau des Femmes a mis en œuvre un projet de lutte contre la violence fondée sur le sexe.

Les différentes réalisations de Réseau des Femmes ont été reconnus à l’échelle nationale et internationale, ce qui a donné lieu à différents prix ont été remportées. Ceux-ci comprennent:

 

En 2010, deux prix:

  • International Star Award for Quality (ISAQ), décerné par Business Initiative Directions (BID) basée en Espagne;
  • Platinum Technology Award for Quality & Best Trade Name, décerné par OTHERWAYS Association Management & Consulting (OMAC) basée en France.

 

En 2011, 6 prix:

  • International Quality Summit (IQS);
  • B.I.D-Platinum Award for Quality 2011;
  • The Majestic Five Continents Award for Quality & Excellence;
  • The Golden Award for Quality and Business Prestige;
  • The New Era Award for Technology, Innovation & Quality;
  • The European Award for Best Practices 2011;

Décerné respectivement par BID (1 & 2), OMAC (price 2,3 & 4) et European Society for Quality Research (ESQR).

 

En 2012, deux prix:

  • Platinum Award for Quality 2012 décerné par Business Initiative Directions;
  • Golden Europe Award for Quality and Commercial Prestige décerné par OTHERWAYS.